La planète-vin / Portugal

[ Bas de la page | Page précédente | Page suivante | Table des matières ]


Les terroirs


Alentejo

Vaste région qui produit surtout du rouge, auquel les cépages periquita, moreto, trincadeira, et aragonez, donnent bonne couleur, arôme, et tanin.

Ce pourrait être bon, mais la vinification est discutable, et en tout cas le résultat est très inférieur à ceux du Dão ou de la Bairrada. Et finalement, l'Alentejo est plus réputé pour son liège que pour son vin.

Les aires suivantes composent la DOC Alentejo :

Si ces vins sont ordinaires, quelques-uns de Borba peuvent être très bons.

Meilleurs producteurs :

Un cran en-dessous :


Algarve

Passez votre chemin : cette région de l'extrémité méridionale du Portugal n'a aucun intérêt oenologique. Elle bénéficie pourtant de 4 DOCs : Lagoa, Lagos, Portimão, et Tavira.


Bairrada

18.000 ha délimités, juste au nord de Coimbra, doivent leur nom au "barro", terre argileuse.
Il s'agit à 90% de vin rouge et, circonstance unique au Portugal, une variété -le baga- détient la quasi-exclusivité de l'encépagement rouge.
Dans l'ensemble, ce sont des vins ordinaires avec une forte base tannique, riches et parfumés, corsés et fruités.

Comme beaucoup d'autres régions portugaises, celle-ci est en train d'évoluer, et les meilleurs vins peuvent évoquer certains Madiran ou Cahors. Puissants, très tanniques, voire astringents, ils demandent à être attendus au moins 5 ans.

Meilleurs producteurs :


Estremadura

Première région productrice du portugal, l'Estremadure est le siège des DOCs Bucelas, Carcavelos, Colares, Lourinhã, Obidos, Torres Vedras, Alenquer, Arruda.

En outre, elle compte deux IPR :

Du rouge ordinaire pour l'essentiel, mais quelques blancs onctueux.

Meilleurs producteurs :

Arruda : vin rouge honnête et bon marché.

Torres Vedras (à ne pas confondre avec le vin espagnol de Miguel Torres) fournit des rouges fruités, mais irréguliers..

Bucelas

L'appellation est octroyée à 11 villages.
Caves Velhas en a été longtemps le seul vinificateur, produisant 3.500 hectolitres, mais a été rejoint récemment par Quinta da Romeira.

Autrefois doux, ces vins sont aujourd'hui uniquement de très bons blancs secs, légers et acides, issus d'arinto, cépage prometteur, et d'esgana cão.
Ils accompagnent bien les fruits de mer.

Carcavelos

Voisin d'Estoril, ce minuscule vieux vignoble délimité en 1908, maintenant investi par le béton, n'a plus que son souvenir à offrir. Il produisait un bon liquoreux d'apéritif ou de dessert titrant 19%vol, de couleur topaze, aux arômes de fruits mûrs et de noisette, qui se buvait frappé.

Bonne adresse : voir si Raul Ferreira, à la Quinta do Barão, en propose encore.

Colares

Ce vignoble de l'Estremadura, près de Sintra, a été délimité en 1908.

Byron, admirant les jardins et les bosquets de Colares, l'appelait "une des sept merveilles du monde". Les vignes sont entourées de murs de pierre pour les protéger des tempêtes. Encépagé en ramisco planté dans le sable, le vignoble n'a pas été atteint par le phylloxéra. Aujourd'hui, la menace a pour nom "urbanisation" !

Le vin, de couleur rubis foncée, est dur, très tannique, concentré, astringent. De maturation très lente, il subit un élevage qui peut durer jusqu'à 14 ans, en fûts d'acajou ou de sequoïa. C'est l'un des meilleurs vins portugais, mais seule une faible partie est millésimée : une bonne partie participe à des coupages.

Bonne source : Real Companhia Vinicola, à Vila Nova de Gaïa.


Dão

L'appellation a été délimitée dès 1912. Le vignoble, implanté sur des collines granitiques de Beira Alta, plus vaste (20.000 ha) que celui de la Bairrada, produit à peine la moitié de celui-ci.
Un peu partout, on aperçoit des vignes au long d'échalas, ou encore accrochées à des arbres arqués.

Le cépage dominant est le touriga nacional (le meilleur participant du Porto) qui pourrait, bien traité, donner les meilleurs rouges portugais. Jaen, tinta rojiz, et alfrocheiro preto, sont les cépages complémentaires les plus notables.

Pour le moment, le résultat est dur, peu fruité : des rouges puissants et tanniques, qui titrent 12%vol. Les meilleurs peuvent être harmonieux, équilibrés, aromatiques. Ils rappellent alors les Côtes du Rhône du sud, avec une suavité et une douceur qu'ils doivent à leur forte teneur en glycérine.
Des vins souvent décevants, après 18 mois de séjour en barrique plus un an en bouteille, mais qui peuvent se conserver jusqu'à dix ans.

Les rares blancs sont bouquetés, âcres et frais, pas toujours aussi ronds que les rouges.

Meilleurs producteurs et négociants :


A l'est du Dão, la DOC Pinhel produit un rosé léger, et un rouge généreux et velouté. Mais rien que de très ordinaire.

 

Ribatejo

Sur le Tage, au nord et à l'est de Lisbonne, cette région est la seconde productrice après l'Estremadure, et lui est inférieure aussi par la qualité.

La DOC Ribatejo se compose des aires suivantes :

Des blancs et des rouges très virils, corsés, alcoolisés.

En blanc, emploie le fernao pires (aussi cultivé en Torres Vedras et en Alenquer) poivré, légèrement mentholé, résineux.

Voir chez Carvelho, Ribeira, Ferreira.

 

Setubal

La péninsule de Setubal est coupable de la production de Camarate, vin sans grand intérêt oenologique, obtenu par mélange de periquita avec du chardonnay et du merlot, qui abreuve les touristes. Mais surtout, elle est le siège des DOCs Setubal, et -plus à l'intérieur- de la DOC Palmela.

Le Moscatel de Setubal est très intéressant, quoiqu'issu de muscat d'Alexandrie, inférieur au muscat à petits grains. Il s'agit d'un vin muté, fortement alcoolisé, très parfumé, puissant au nez et en bouche, intense et persistant. Vin de dessert, liquoreux, dont la couleur ambrée fonce avec l'âge. Et il peut vieillir !

Les vins contenant moins de 85% de muscat d'Alexandrie n'ont pas droit à l'appellation Moscatel de Setubal, et prennent celle de Setubal.

Bonnes adresses :


Vinho Verde

Vinho Verde est souvent traduit par "vin vert", vin qu'il convient de boire dès le printemps suivant la récolte :

La région, qui s'étend sur 160 kilomètres entre le cours inférieur du Douro et la frontière espagnole au nord, a été délimitée en 1929, mais ses vins sont connus depuis l'époque romaine.

Les zones produisant le Vinho Verde sont, du nord au sud :

Ici et là, la vigne est autorisée à tirer parti des arbres; quand elle s'enroule autour d'un arbre, on la dit "o enforcado"; lorsqu'elle passe d'un arbre à un autre, c'est une cordao. Des rameaux qui s'étendent sur des fils de fer sont des "ramadas" ou "latadas". Une arjoada est une vigne qui s'agrippe à un palissage.
Bien souvent, la vigne est menée en hauteur et forme de longues allées en tonnelles qui couvrent les chemins. Cela présente trois avantages :

Mais cela rend le travail très difficile, aussi adopte-t-on peu à peu la forme en croix (cruzeta) qui facilite la mécanisation.

Le moût est peu alcoolisé mais très riche en acides. La grande quantité d'acide malique résiduel provoquera ultérieurement une légère deuxième fermentation, malolactique. Puis, par dégagement de gaz carbonique, une légère et agréable effervescence ("agulha" ou "pico") : le vin est perlant.
NB: autrefois, il y avait davantage de gaz carbonique dans les rouges que dans les blancs. De nos jours, le gaz carbonique est ajouté...

Il n'y a pas de définition précise des cépages qui peuvent entrer dans le Vinho Verde, et de fait il est issu d'une grande diversité de cépages.
Les meilleurs blancs sont l'alvarinho (dont le vin présente un bouquet évoquant la pomme), le loureiro vaguement minéral ou floral, et l'avesso, tous trois assez acides, et le trajadura qui apporte un peu de moelleux.
Parmi les nombreux rouges : alfrochoeiro preto, alvarelhao, azal tinto, bastardo, boaracal, espadeiro tinto, tinta pinheira, tinto cao, verdelho tinto, vinhao etc.

Le Vinho Verde est tricolore, mais le rouge ne mérite pas que l'on s'y arrête. Il peut être tannique, voire astringent. Autrefois largement dominant, il représente aujourd'hui moins de la moitié de la production totale.

Le blanc est meilleur, surtout celui de Monção. Pauvre en alcool (8 à 11%vol), clair, pétillant, il présente une acidité plaisante et rare pour un cru d'Europe méridionale. C'est un vin désaltérant, fait pour être consommé l'été, à boire frappé. Il ne se conserve guère.

Meilleurs producteurs :

Tras-Os-Montes

Cette province du nord-est est dotée de 3 IPR :

Le rosé, délicat, savoureux, et fruité, présente des caractéristiques semblables à celles du Vinho Verde.
Mateus, fait dans les environs de Vila Real, est le plus connu (40 millions de cols). Mais attention ! celui qui est exporté est additionné de sucre.

Mais surtout, la province est le siège de deux appellations qui contribuent à la réputation internationale du Portugal : Douro, que nous allons visiter maintenant, et Porto qui mérite un chapitre à part.

Douro

Le Douro a été la première région délimitée du monde, par un décret de 1756. On croit communément que son produit principal est le Porto. Le Porto ne compte pourtant que pour 47% dans la production du Douro. 35.000 hectares fournissent surtout des vins ordinaires, mais aussi quelques excellents rouges souples et racés.

Particularités :
- un Muscat se fait à Alijo et Favaios, avec le moscatel galego;
- à Lamego, on fait encore un peu du mousseux autrefois (17e siècle) apprécié comme Vinho de Cheiro, ou Vinho de Lamego.

Partout des terrasses et des paliers, dans ce "Pais Vinhateiro", dont le climat autrefois rigoureux (hivers froids, étés torrides) a été modifié -devenant plus doux et humide- en partie à cause des barrages du Douro. Les socalcos sont les terrasses étroites à l'ancienne qui donnent au paysage son exceptionnel intérêt photogénique. Les patamares sont des terrasses sans muret, aménagées pour le passage d'un petit tracteur. La vinha ao alto désigne une plantation en règes selon la pente.

Bonnes adresses :


[ Haut de la page | Page précédente | Page suivante | Table des matières ]

Le prodige du vin Appellations Le vin et vous

Retour à l'accueil

En abrégé

Pierre Lotigie-Laurent